Bahia, de plages en plages

 Itacaré > Barra Grande > Morro de Sao Paulo > Salvador

Nous sommes arrivés dans le village d’Itacaré, super spot de surf de l’état de Bahia le 1er janvier, après avoir dormi 2 heures et passé la journée dans les transports (Rio – Sao Paulo – Ilheus – Itacaré). Le village nous a fait une drôle d’impression, avec son centre ville très simple et sa rue principale très animée et touristique. Les hôtels étaient chers (haute saison oblige) mais après quelques heures de recherche et de négociation, nous avons trouvé « le bon plan », la petite chambre toute simple dans un hôtel avec piscine et super petit-dej !

Nous avons profité de nos 2 jours à Itacaré pour reprendre des forces après nos aventures à Rio, tester toutes les plages des environs, faire du surf, du body-surf et des footing.

Le village était sympa mais un peu surpeuplé. Du coup c’était un peu difficile de prendre des vagues, entourés de surfeurs brésiliens qui maîtrisaient à fond !

Alors, nous sommes restés moins longtemps que prévu pour trouver une autre destination plage plus tranquille (l’avantage du Brésil et particulièrement de l’état de Bahia, c’est qu’on n’a que l’embarras du choix en termes de plages). Direction la péninsule de Barra Grande, accessible depuis Camamu après une belle traversée en bateau sur une rivière entourée de mangrove.

Pour éviter la foule, nous avions choisi un hôtel sur la côte Est de la péninsule, à côté de la « plus belle plage du Brésil » (d’après des sources fiables !), Praia Taipu de Fora, magnifique effectivement…

Nous avons arpenté la plage toute la journée, 7 km de sable, vagues et cocotiers, rien que pour nous !

Le lendemain, nous sommes partis pour une « mission transport », direction l’île de Morro de Sao Paulo, il nous fallait prendre : un taxi, un bateau, 2 bus et enfin un bateau pour arriver sur l’île au coucher du soleil !

Nos copains Brésiliens nous avaient vendu cette île comme un endroit de rêve, mais en arrivant, nous avions juste envie de repartir à Barra Grande, nous étions dans une station balnéaire, blindée de monde et les hôtels étaient hyper chers…

Par contre, nous avons eu droit à un p’tit-dej-buffet record inclus dans le prix de la chambre, comme souvent au Brésil, qui nous a permis de sauter les déjeuners ! Les p’tits-dej brésiliens sont de loin les plus copieux et les meilleurs au monde !

Le p’tit-dej avalé, nous avons suivi l’exode vers les plages et continué jusqu’à la 4ème, la plus tranquille où nous avons trouvé notre bonheur, un peu d’ombre, une noix de coco bien fraîche et une eau translucide… Pour s’activer un peu, nous avons testé le 2ème sport de plage national (après le foot-jonglage) : les raquettes. Les brésiliens en sont fous et y jouent très sérieusement ! Il faut avouer qu’après 1 heure à taper dans la balle (et le manque de sport), nous étions bien crevés !

A Morro, nous avons découvert avec bonheur les stands de caïpirinha de rue. Dès la nuit tombée, des étalages de fruits exotiques (la plupart inconnus) s’installent un peu partout dans le village pour faire des cocktails à tomber par terre…

Pour quitter l’île et arriver à Salvador, plus question de galérer dans les transports (il ne nous restait plus que 2 semaines de voyage), alors nous avons pris le bateau rapide (ce qui ne lui a pas empêché de tomber en panne de moteur pile devant Salvador) !

A première vue, Salvador (3ème plus grande ville du Brésil) nous a paru assez laide mais en fait, le centre historique, Pelourinho est magnifique… Coloré, bien entretenu sans être trop « musée », les locaux se mélangent aux touristes pour flâner dans les ruelles piétonnes bien agréables. Le soir, nous dinions dans des petits restos en plein air, des moquequas de poisson arrosées de caïpirinhas.

Nous dormions dans le quartier de Barra, plutôt chic, dans le sud de Salvador, chez une habitante qui nous avait accosté dans la rue, un bon plan pour rééquilibrer notre budget avec une belle chambre et terrasse, tout proche de la plage.

Comme Jérôme a fini par tomber malade à son tour (merci la clim’), nous sommes restés tranquillement dans notre quartier pour visiter le musée du phare de Barra. C’est le plus vieux phare d’Amérique du Sud, construit par les Portugais à l’époque où Salvador était la capitale du Brésil, nous lui avons trouvé un petit air breton !

C’était aussi l’occasion de découvrir le (triste) passé de Salvador, entre chasse à la baleine et esclavage… Les migrants Portugais faisaient venir les esclaves à Salvador pour les faire travailler dans les champs de canne à sucre, de ce fait la ville est restée culturellement très proche de ses origines africaines.

Nous avons ensuite quitté la côte, direction le village de Lençóis dans le parc protégé de Chapada Diamantina.

Plus de photos dans la rubrique Photos

Notre voyage au Brésil en vidéo, c’est ici !

Dans le prochain épisode : Lençóis, Paraty, Rio (fin du voyage)

Até mais ! (A bientôt !)

Elise & Jérôme

2 réflexions sur “Bahia, de plages en plages

  1. Ping: Jetm2013 – JetmRIO – Jetm2014 | JETM2013

Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s