La salsa des baleines, au Sud de la Colombie

Cali > Ladrilleros > Popayan > Ipiales

Après notre étape dans les montagnes de Salento, nous étions sur un nuage mais la ville de Cali nous en a légèrement fait redescendre. Pour la première fois, nous avons étés déçus par une ville colombienne, Cali est une grande ville moderne sans charme et réputée dangereuse. En plus, pas très facile de s’y promener à pied avec les nœuds autoroutiers qui traversent la ville. Néanmoins, la place principale du centre ville est jolie et il y a quelques bâtiments coloniaux éparpillés dans la ville.

Cali a surtout un avantage : c’est LA capitale mondiale de la salsa ! Nous en avons profité pour prendre notre premier cours de salsa…

Ca va, on s’en sort pas trop mal ! Trop facile la salsa !

Nous ne nous sommes pas attardés à Cali et avons continué notre route vers la côte Pacifique, destination Buenaventura, pour embarquer vers Ladrilleros, un minuscule village coupé du monde, constitué de bicoques branlantes qui s’étendent le long d’une plage de sable noir.

Ladrilleros est une des destinations les moins touristiques qu’on ait visitée au cours de notre voyage. En Colombie c’est facile de sortir des sentiers battus, alors on en profite ! Surtout que c’est aussi le meilleur endroit (et la bonne période) pour aller admirer les baleines à bosses qui viennent dans cette région après un voyage de 8000 km depuis le pôle Sud pour s’accoupler, mettre bas et s’occuper de leur baleineau. Mais comment peuvent-elles faire tout ça en même temps ?!

Nous sommes allés à leur rencontre à bord d’un petit bateau. Au bout de 15 minutes, le premier cri a retenti : « ballenas » ! Effectivement, en nous rapprochant, nous sommes tombés sur une baleine et son petit d’environ 1 mois (déjà bien gros !). Nous avancions en parallèle d’eux et les apercevions à chaque fois qu’ils venaient respirer ensemble à la surface. Au bout de quelques minutes, le baleineau s’est mis à faire des sauts ! Il nous a montré sa tête, son ventre, sa nageoire et sa queue ! Nous étions émerveillés, mais c’était déjà le moment de repartir et de les laisser tranquilles car les bateaux doivent respecter un maximum de 25 minutes auprès des baleines.

En plus du spectacle émouvant des baleines, la nature est également spectaculaire ici, avec d’innombrables cascades qui se jettent directement dans la mer du haut des falaises de roche noire.

C’est d’ailleurs en allant voir une cascade, en descendant dans un gouffre qu’Elise a vu : son appareil photo couler, Jérôme se fracasser sur les rochers et elle-même rester enfermée dans le gouffre…

Heureusement, le sac étanche a sauvé l’appareil photo, Jérôme s’est sauvé tout seul et on a réussi à s’échapper avant la marrée haute…

… Et avant le début du match de foot Colombie – Equateur, qualificatif pour la coupe du monde 2014 au Brésil. Tout le monde avait revêtu le maillot national pour l’occasion.

La Colombie a gagné et devrait se qualifier pour la première fois depuis 1998 !

Pour rejoindre la côte et continuer notre route vers Popayan, il nous a fallut prendre un bateau et deux bus, soit 9 heures de transport. Sur place, à cause des manifestations des paysans qui avaient bloqué les routes, les hôtels étaient vides, nous avons donc eu une « suite » (un dortoir) rien que pour nous.

Popayan est une belle ville coloniale, appelée la « ville blanche » mais les manifestations ayant étés importantes ici, de nombreux murs étaient tagués…

L’ambiance à Popayan était assez différente des autres villes Colombiennes, nous nous étions rapproché des Andes, la salsa avait laissé la place à la musique Andine et nous avons vu notre premier lama ! Un drôle d’animal, entre le mouton et le chameau, avec une fourrure toute douce.

Après avoir fait le tour de la ville, nous nous sommes lancé dans une expédition à vélo (et en bus) dans les premiers reliefs de la Cordillère de Andes, le parc national de Purace, pour aller nous baigner dans les sources thermales d’Hirviendo à 30 km de la ville. Nous avons fait une partie de l’aller (la montée) en bus, mais il nous restait quand même une sacrée côte de 45 minutes pour arriver aux sources. Pas facile pour Elise avec un vélo Barbie pour enfant !

Nous avons bien profité de la pause détente dans une piscine à 40⁰ et douche froide à l’eau de la rivière. De quoi bien nous ramollir avant d’entamer les 30 km du retour !

Le retour a été bien sportif, on a fait les 30 km en 2 heures, avec quelques grosses montées, la vue était magnifique. Un super plan, surtout quand les hôtels proposent ce « tour » pour 18€ !

Il ne nous restait plus qu’une mini-étape en Colombie à Ipiales, avant de passer la frontière avec l’Equateur. Après un trajet de 10 heures de bus (dans la montagne), nous sommes arrivés en fin de journée et avons trouvé un super resto pour qu’Elise souffle ses bougies.

Le lendemain, nous avons pu admirer la célèbre église locale El Santuario de Las Lajas, qui surplombe un canyon spectaculaire.

Nous étions un peu tristes de quitter la Colombie mais dans le taxi qui nous emmenait à la frontière, nous avons fait la connaissance d’Equatoriens sympas et l’excitation de découvrir un nouveau pays a pris le dessus.

Plus de photos dans la rubrique photo

Notre voyage en Colombie en vidéo, c’est par ici !

—————-

Réflexion de la semaine : Vendeurs ambulants VS mendiants ?

En Colombie, nous avons été frappés par le nombre de petits vendeurs ambulants, parfois même très jeunes, par contre la mendicité est quasi existante.

Nous avons rencontré une multitude de vendeurs lors de nos trajets en bus. En échange d’une petite pièce ils proposent des chocolats, des remèdes miracles, des fruits, une petite chanson, des magazines…

Aux feux tricolores, nous avons vu des jongleurs faire un petit spectacle avec des sabres avant de demander une petite pièce.

Tout ceci accompagné d’un sourire, d’excuses pour le dérangement et parfois même de quelques blagues.

On a tout de suite plus envie de donner une petite pièce dans ses conditions là.

—————- 

Dans le prochain épisode : Le bilan de la Colombie

A bientôt !

Elisa y Jeronimo

5 réflexions sur “La salsa des baleines, au Sud de la Colombie

  1. Ping: CO-FFEE ? CO-CAINE ?! CO-LOMBIA !! | JETM2013

Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s