Sur les traces des Mayas, à la rencontre des Garifunas – Guatemala

Aparté

Vous vous demandez peut-être pourquoi nous n’avons rien publié depuis quelques temps… On a une « bonne » excuse: on s’est fait piquer un sac à dos par un Nicaraguayen qui trouvait qu’on travaillait trop. Comme nous ne faisons pas les choses à moitié, exceptionnellement, le sac contenait tout ce qu’on avait de plus précieux: passeports, ordinateur, caméra, appareil photo… De quoi nous empêcher d’écrire pendant au moins 2 semaines. Depuis, on a retrouvé un appareil photo à Panama City et un ordinateur à Cartagena, en Colombie (aujourd’hui!), la « cam » devrait arriver de Bogota sous peu… On espère que notre assurance voyageur va nous couvrir… Il n’y aura donc pas nos photos, ni vidéos dans nos articles pendant un petit moment. Mais revenons à notre deuxième semaine au Guatemala…

Flores > Tikal > Livingston > Tegucigalpa (Honduras)

Nous avons quitté Antigua pour nous rendre sur l’île de Flores, en traversant pratiquement tout le (petit) pays en une nuit. L’escale à Guatemala Ciudad ne nous a pas trop plu, on nous avait prévenu que cette ville craignait et effectivement, nous ne nous y sommes pas sentis très à l’aise. Les statistiques aussi nous ont un peu impressionnés : 25 crimes par semaines en 2009 dans cette ville, autant dire que nous sommes restés tranquillement à la gare routière en attendant le départ de notre bus de nuit.

Sur l’île de Flores, nous avons trouvé un hôtel au bord du lac Peten, bien utile pour se rafraîchir plusieurs fois par jour. L’île est touristique mais quand même bien agréable avec très peu de voitures. On en a profité pour se baigner dans le lac, faire des footings et manger des glaces.

peten

Mais le but de notre escale à Flores était surtout d’aller visiter les ruines Mayas de Tikal, nous sommes donc partis, le lendemain matin à 4h30 en expédition. Comme nous n’avions pas pris de guide, nous nous sommes rapidement retrouvés seuls dans la jungle qui s’éveillait avec le lever du soleil.

Avant de voir les ruines, on a commencé par voir de nombreux animaux, dindons sauvages, lapins, singes araignées, toucans et autres gros oiseaux noirs. Puis, nous sommes montés sur le plus haut temple de Tikal où nous avons attendu que la brume se dégage sur la canopée de la jungle, découvrant un à un les autres temples de Tikal… Magique!

tikal_pt21398

Nous sommes repartis le lendemain vers la côte Caraïbe et le village de Livingston, accessible uniquement par bateau. Nous avons pris un bus vers Rio Dulce, puis un bateau pour descendre le fleuve jusqu’à son embouchure où se trouve Livingston. La balade en bateau était agréable (enfin, jusqu’à ce qu’il pleuve) et nous a permis de voir plein d’oiseaux : cormorans, hérons, aigles et enfin les pélicans quand nous sommes arrivés à l’embouchure.

livingston

Ce village nous a pas mal intrigué car il est très différent du reste du Guatemala. Il est peuplé par les Garifunas, des descendants d’esclaves qui coulèrent en 1635 près de l’île de Saint-Vincent, les survivants y restèrent jusqu’à ce que les anglais les déportent sur une autre île des Caraïbes. Ils habitent maintenant la côte Caraïbe du Belize au Nicaragua.

Dans les rues, on entendait plus de Bob Marley que de Fuiste Tu, le tube Guaté du moment (on est fans!) et Elise a failli se faire faire des tresses africaines! La cuisine aussi est différente : ici, ils utilisent beaucoup le lait de coco et les bananes plantain remplacent le riz.

Par contre, en allant sur la côte Caraïbe, on s’attendait à trouver une eau turquoise et des plages de sable blanc mais ce n’était pas vraiment le cas, l’eau était plutôt marron à cause de l’embouchure du fleuve et la plage de sable gris, recouverte de déchets sur les 7 km que nous avons arpentés pour aller voir des cascades.

altares

 Heureusement que les cascades de Las 7 Altares étaient belles, qu’elles avaient été réservées pour nous et que les oiseaux étaient là pour assurer le spectacle. Escadron de pélicans en chasse (ils n’arrêtent pas de bouffer ceux là!), cormorans qui plongent, vautours qui ramassent ce qui traîne sur la plage, chacun sa technique pour se nourrir! Par contre, ceux qui ne mangent pas beaucoup, ce sont les hérons et les frégattes, d’ailleurs, ça se voit à leur ligne!

On s’est tellement bien plus à Livingston, dans un tout petit hôtel de 3 chambres « comme à la maison », qu’on a poussé jusqu’à aller faire notre lessive au lavoir avec les femmes du village. Au début, Elise était toute seule et bien embêtée ne savait pas trop comment s’y prendre. Alors qu’elle attendait tranquillement au soleil que les vêtements trempent et que la lessive agisse, une femme est venue lui dire qu’il fallait frotter énergiquement, donc jusqu’à ce que Jérôme arrive à son secours, elle frottait (en pestant intérieurement) devant les regards amusés des passants!

Après ces 3 jours bien tranquilles à Livingston, le moment était venu pour nous de traverser une bonne partie de l’Amérique Centrale pour nous rendre à Managua au Nicaragua pour honorer notre premier RDV en 6 mois et retrouver nos copains Alex et Chloé.

Après une grosse journée de 12 heures de transport (un bateau et 4 bus), nous sommes arrivés à Tegucigalpa, capitale du Honduras. On s’est trouvé un resto glauque (la serveuse attrapait les saucisses à la main) et un hôtel miteux pour passer la nuit (doux réveil au son du vomi à 5 heures du matin). Tegucigalpa, Guatemala Ciudad, même combat, des villes à éviter si possible.

Pour la deuxième moitié du trajet, nous avons pris un bus confortable et climatisé (marre des bus locaux qui s’arrêtent tous les 100 mètres pour prendre des passagers) et les 7 heures de route vers Managua sont passées presque rapidement. Bien qu’on ait adoré le Guatemala, nous n’étions pas tristes de quitter le pays car on avait hâte de rejoindre nos copains pour continuer la route à 4!

———————

Dans le prochain épisode : le Nicaragua

A bientôt !

Elisa y Geronimo

6 réflexions sur “Sur les traces des Mayas, à la rencontre des Garifunas – Guatemala

  1. Ping: Semaine volcanique au Guatemala | JETM2013

  2. Ceux qui m’a fait peur de plus,c’est de se fait piquer les sacs( à dos,à main…) et pareil comme elle disait Elise….c’est toujours ça le risque d’un voyage,la sécurité local etc….bon courage et en esperant que vous trouverez des solutions….on pense toujours à vous deux et à Paul de New-york……..’grosses bises!

  3. Pas cool ce vol d’affaires dites donc ! J’espère que pour les passeports aussi vous avez trouvé une solution. Dans quelles circonstances le vol a-t-il eu lieu ? Vous nous raconterez peut-être ensuite 😉
    Sinon je rejoins Cécile (que je ne connais pas !) : autant la faune, les cascades et les ruines ont l’air sympa, autant le reste semble plus moyen.
    Bonne poursuite de voyage !
    Aurélie.

  4. Navrée pour votre sac…les ruines et les oiseaux m’ont donnés envie mais pour le reste, une impression assez…mitigée se dégage.
    Bisous!

  5. Et bien que de rebondissements… ça devient chaud 😉 Et ne vous inquiétez pas, on vous pardonne pour les news décalées 😉 Grosses bises

Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s